12 septembre 2012

Pars vite et reviens tard**, Fred Vargas (J’ai lu, 347 pages)

pars_vite_et_reviens_tard_2 Fred Vargas a construit des policiers à  l’exacte opposé des ouvrages « traditionnels » du genre. Ici, pas d’enquête méticuleuse à la Hercule Poirot, pas d’univers sombre et violent à la James Ellroy, et parfois même pas une tentative d’enquête qui tienne la route !

 Mais Fred Vargas a une autre arme : Le commissaire Adamberg.  Montagnard d’origine, doux, rêveur, intuitif, beau à sa façon mais surtout plein de charme, il est parfaitement inadapté à la vie moderne et plus encore à son métier. Doté d’un acolyte alcoolique et père célibataire de 4 ou 5 enfants, l’équipe de choc est constituée…

Amateur de logique et d’enquête bien léchée : tournez les talons ! Les autres prendront beaucoup de plaisir à ces enquêtes dans lesquelles l’intuition prime sur le raisonnement et la logique. Peut-on résister à Adamberg ?

 Mes préférés dans cette série sont : Pars vite et reviens tard, Sous les vents de Neptune qui revient sur l’enfance du commissaire, et L’homme à l’envers dans lequel il retrouve sa dulcinée Camille. Sinon, dans L’homme au cercle bleu on découvre Mathilde, la mère de Camille. Coule la Seine est un recueil de 3 petites nouvelles. J’ai été déçue par Dans les bois éternels, j’ai trouvé que l’auteur poussait le bouchon un peu trop loin, mais l’équilibre de ce genre d’ouvrage n’est pas toujours facile à trouver.

 Extrait : Joss avait compris depuis longtemps que les choses étaient dotées d’une vie secrète et pernicieuse. Hormis peut-être certaines pièces d’accastillage qui ne l’avaient jamais agressé, de mémoire de marin breton, le monde des choses était à l’évidence chargé d’une énergie toute entière concentrée pour emmerder l’homme. La moindre faute de manipulation, parce que offrant à la chose une liberté soudaine, si minime fut-elle, amorçait une série de calamités en chaîne pouvant parcourir toute une gamme, du désagrément à la tragédie. Le bouchon qui échappe aux doigts en était, sur le mode mineur, un modèle de base.  

Posté par liverty à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]