20 avril 2016

Adichie Américanah***, Chimamanda Ngozi (Gallimard, 523p)

am_ricanah

Très belle plume pour ce premier roman dont j’ai supposé (à tort) qu’il se déroulait principalement au Nigéria. Si les passages nigérians comme les personnages principaux m’ont enchanté, je suis passée un peu à côté de la partie américaine très fortement orientée sur les problèmes de racisme et de discrimination.

D’un récit léger et dépaysant (la vie nigériane), l’œuvre passe à une réflexion poussée sur le thème de la race et sur les rapports noirs/blancs aux USA. La race existe-t-elle ? se demande l’héroïne qui lit l’ensemble de ses expériences américaines au travers du filtre de sa couleur de peau.

Est-ce une question intéressante ? peut-on se demander au bout de 200 pages consacrées à ce thème. Ne sommes-nous pas toujours l’étranger de quelqu’un d’autre ?

La culture, le milieu social, l’accent, l’absence de référent culturel commun ne sont-ils pas des freins aussi puissants à l’intégration ? N’est-il pas logique de se heurter à tous les problèmes qu’elle décrit dès lors que l’on choisit de quitter définitivement son milieu d’origine pour traverser la moitié de la terre ?

Bref, un roman qui questionne. Un éclairage intéressant sur la perception de sa propre négritude et une romance très plaisante.

Premier livre convaincant. 

Posté par liverty à 18:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]