20 août 2014

Suite française**, Irène Némirovsky (Folio, 516 p)

suite_fran_aise

Ce récit de l’exode, écrit sur le vif, à l’avantage de ne pas avoir été dévoyé par les visions « retouchées » d’après-guerre et pour cause : Irène Némirovsky, déportée, décède en 1942 à Auschwitz ;  ses petites-filles survivantes exhument le manuscrit cinquante ans plus tard pour une édition en 2004.

La confusion de la débâcle et la médiocrité des attitudes sont bien rendues, même si on peut regretter des personnages (le curé, les petits salariés, l’écrivain célèbre, le salaud de patron) trop convenus.

La deuxième partie, sans lien véritable avec la première,  brosse un portrait lucide et nuancé de l’occupation. L’ambiguïté des liens humains qui se construisent entre français et allemand lors de cette cohabitation forcée, la mise en évidence de l'hypocrisie de la bourgeoisie et de l'aristocratie, l’étude plus poussée des personnages rendent cette partie de l’ouvrage beaucoup plus intéressante.

Instructif !

Posté par liverty à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]