27 janvier 2015

La clé de verre**, Dashiell Hammet (Folio Policier, 294 p) – Trad. 2009

Plus une intrigue politique que policière, ce roman apporte l’ambiance que j’ai attendue en vain chez son contemporain Chandler. La qualité de la traduction est peut-être la raison de cet écart entre ces deux fondateurs du roman noir car cet ouvrage a été retraduit intégralement en 2009.

Un internaute a posté un courrier très intéressant au sujet des mauvaises traductions des polars dans l’édition française :

http://thecanniballecteur.wordpress.com/2014/09/21/3189/

 et cette explication m’a  éclairé sur l’aspect très décousu des dialogues de Chandler : j’avais eu constamment l’impression qu’il en manquait des morceaux (traduction de 1949)

Pour en revenir à la Clé de verre, l’aspect intemporel de sa thématique politique lui a de ne pas trop vieillir. Amitié, amour, trahison, jalousie, tous les ressorts humains sont présents et traités finement. Plaisant.

Posté par liverty à 07:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]