02 septembre 2015

N’oublier jamais, Michel Bussi (Pocket, 542p)

N_oublier_jamais

La première moitié alléchante (qualité de l’intrigue, densité du personnage principal) donne quelques inquiétudes quant à sa résolution : comment l’auteur va-t-il se sortir de la situation compliquée dans laquelle il a imbriqué son héros ? 

Inquiétudes justifiées : on pressent la machination  et lorsqu’elle se dévoile, elle fait un peu sourire tant les pièces s’emboitent merveilleusement. Admettons !

Mais comme pour les matriochkas, la machination cache d’autres intrigues, qui vont ensuite mettre à jour un nouveau niveau de révélation.

Est-ce qu’à la fin tout cela se tient ? Si la patience du lecteur n’a pas été usée par tous ces revirements, peut-être… les autres trouveront cette histoire tout simplement trop tirée par les cheveux. 

Il semble que Nymphéas noirs soit plus intéressant, je tenterai un autre essai avec cet auteur. 

Posté par liverty à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]